Arts d'Australie - Stephane Jacob, art aborigene
instagram pinterest youtube facebook twitter

L'ART AUSTRALIEN ABORIGENE ET OCCIDENTAL

L'art aborigène australien
Les principales communautés artistiques aborigènes : histoire, style, artistes
(Cliquez sur la region ou la communauté qui vous intéresse)

Carte des communautés aborigcnes
TERRE D'ARNHEM

Au Nord de l'Australie, la Terre d'Arnhem s'étend entre le golfe de Carpentrie (à l'est) et la rivière Alligator (à l'ouest) occupant une zone de 150 000 km-carrés aux paysages très divers allant des plateaux calcaires de l'Ouest riches en peintures rupestres aux lagunes d'eau douce de la côte nord, des déserts pierreux aux forêts tropicales. C'est au sein de ce territoire contrasté que sept grandes communautés artistiques se sont constituées, très souvent autour d'anciennes missions devenues des centres urbains et administratifs : elles regroupent aujourd'hui plus de 3000 artistes - peintres mais aussi sculpteurs et artisans de toutes sortes – il existe une intéressante production de tissage en fibres naturelles : il s'agit – à l'est - des communautés d'Yirrkala ; d'Elcho Island ; et de Ngukurr près de la rivière Roper. Dans la région centrale de la Terre d'Arnhem, ce sont les communautés de Ramingining, de Milingimbi et de Maningrida. Enfin, à l'ouest, Gunbalanya, située aux abords du Parc National de Kakadu.

C'est en Terre d'Arnhem que l'on peut trouver les traces les plus anciennes d'une activité artistique liée à des pratiques religieuses : les peintures rupestres (dessin de mains, de plantes, d'animaux et de divinités) qui abondent dans les grottes et sur les parois rocheuses des plateaux calcaires de l'Ouest remontent en effet à 20 000 ans tandis que les investigations archéologiques tendent à faire remonter les premières manifestations d'une occupation humaine à 50 000 ans. Avec de telles dates, l'art de la Terre d'Arnhem, très inspiré de ces peintures rupestres, plonge bien ses racines au Temps du Rêve lui-même : quand de Grands Ancêtres (le Serpent-Python, les Sœurs Wagilag et les Sœurs Djang'kawu, les esprits des airs dits Mimi) sortirent du magma originel pour façonner la terre australienne à leur image, y fondant sites sacrés et communautés humaines auxquels ils laissèrent lois, coutumes et instructions pour les honorer. Au moment de disparaître, les Grands Ancêtres léguèrent en effet le souvenir de leurs exploits aux Aborigènes sous la forme de rêves dont chaque tribu, chaque clan, chaque initiés devint le gardien. Lors des cérémonies religieuses, les Aborigènes représentaient par des danses, des chants mais aussi des peintures – essentiellement rupestres, en Terre d'Arnhem – les épisodes fondamentaux des rêves qu'ils avaient hérités. Cette tradition qui s'est perpétuée d'âge en âge a d'ailleurs perduré jusqu'au XXe siècle dans la région de Kakadu et elle est à l'origine du caractère figuratif de l'art de la Terre d'Arnhem (en particulier en Terre d'Arnhem Centrale).

A une époque indéterminée, l'art pariétal a donné naissance à des peintures réalisées sur des écorces d'eucalyptus aplaties, poncées, recouvertes d'un enduit extrait des orchidées ou des œufs de tortues et décorées à l'aide de kaolin, de charbon de bois et d'ocres naturelles : ce sont ces écorces peintes (les plus anciennes qu'on ait conservées datent des années 1830) qui ont fait la célébrité artistique de la Terre d'Arnhem. Il est vrai qu'à ce support original s'ajoute un (ou des) style(s) également spécifique(s) : exécutées à plat, sur les genoux des artistes qui les font tourner au fur et à mesure que leur travail avance et en orientent les éléments selon les points cardinaux, ces œuvres conjuguent à des degrés divers éléments figuratifs (esprits, animaux totémiques, flore) et dessins géométriques à valeur rituelles et claniques – sortes de hachures appelés rarrk en Terre d'Arnhem occidentale et miny'tji ou dhulang en Terre d'Arnhem orientale) : en Terre d'Arnhem occidentale, les images figuratives s'inscrivent le plus souvent sur un fond uni et les hachures sont limitées à la surface des corps représentés ; en terre d'Arnhem orientale, les hachures couvrent le plus souvent toute l'écorce jusqu'à la disparition de tout sujet figuratif. D'autre part, les peintures de toute la région ont popularisé l'étonnant style dit aux "rayons X" qui laisse voir l'intérieur des êtres représentés (ossature, viscères, nourriture absorbées) comme pour révéler les secrets les plus intimes des mystères ainsi représentés.

Notons enfin que cet art très original a donné lieu depuis quelques années à des œuvres sur toiles en particulier à Ngukurr où les motifs et les techniques traditionnels se combinent à une palette de couleurs acrylique plus étendues que celle des pigments traditionnels utilisés pour les écorces.

  Quelques références :
Musée du Quai Branly, Musée des Confluences à Lyon, Musée d'Art Contemporain les Abattoirs à Toulouse,
Musée de la Musique, Museum d'histoire naturelle de Lille, Musée d'Art et d'Histoire de Rochefort, Musée des Arts d’Afrique et d’Asie de Vichy, Fondation Burkhardt-Felder - Musée La Grange à Môtiers en Suisse, Fondation Electricité de France, Fondation Colas, Banque Dexia ...

Nous sommes membres de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d'Art et de Collection (C.N.E.S.)
Nous sommes membres du Comité Professionnel des Galeries d'Art
Nous sommes signataires de la charte d’éthique australienne Indigenous Art Code
Nous sommes membres de l'Association des Galeries Parisiennes
Comité des Galeries d'Art Indigenous Art Code
 
Terre d'Arnhem yirrkala Terre d'Arnhem Orientale Terre d'Arnhem Centrale Terre d'Arnhem Occidentale Bathurst et Melville Detroit de Torres Balgo Warmun Désert Central Papunya Kimberley Cap York Désert Occidental Maningrida Elcho